Comment j’ai suggéré l’échange de maisons à mon mari

« Ce que nous avons vu, c’est que la communauté d’échanges de maisons est très attentionnée et serviable. C’est une relation fondée sur la confiance. »

*Andrea Aguiar

 

La première fois que je proposais un échange de maison à mon mari, sa réaction a été de penser que j’étais folle. Son souci premier était la sécurité. Il disait: «Comment allons-nous laisser un étranger dans notre maison?» C’est une peur naturelle, puisque le concept d’économie partagée n’était pas connu ici. Nous étions en 2007 et il n’y avait pas de sites comme Airbnb, BlaBlaCar et d’autres qui ont changé ces habitudes au cours des années.

C’est après un grand effort que je l’ai convaincu, en commençant par un argument: en fait, le changement ne se fait pas avec des étrangers. Pour ce faire, il faut avoir des échanges détaillés par email, pour coordonner les dates, émettre des billets, livrer les clés, etc. Cet échange d’emails supprime l’impersonnalité de cette relation.

Andrea et ses enfants ont fait un voyage en échangeant leur maison, mais mon mari avait peur de trouver la maison mal entretenue ou savoir que quelqu’un y avait commis quelque chose de mal. Cependant, ce que nous avons vu, c’est que la communauté d’échange de maisons est assez attentionnée et serviable. La réciprocité fait que les gens s’intéressent vraiment à la maison comme si c’était la leur. C’est une relation basée sur la confiance.

Aujourd’hui, les développements technologiques ont apporté des formes de vérification beaucoup plus précises, qui minimisent les préoccupations et fournissent de la sécurité. Dans BeLocal, nous vérifions l’utilisateur non seulement avec ses documents personnels, mais aussi avec ses données sur les réseaux sociaux, son email et son numéro de téléphone. Nous vérifions également l’emplacement de la maison et tout ce qui nous permet de donner aux autres membres une tranquillité d’esprit. Mais ce n’était pas comme ça il y a 10 ans. L’Internet n’avait pas autant d’outils de recherche et l’économie partagée était à ses débuts. Cependant, j’ai voulu parier que cela allait marcher. J’ai toujours cru que lorsque vous collaborez, la vie devient meilleure.

Avec l’argent économisé avec l’hôtel, Andrea programme plus de sorties en famille.

Et tout ne doit pas coûter si cher. L’échange de maisons est un tourisme très qualitatif. Nos expériences ont toujours été incroyables. Nous avons toujours été reçus dans des maisons choyées, bien gardées et préparées pour nous recevoir. Nous nous sentons toujours chez nous partout où nous sommes.

Comme le logement est gratuit, le voyage peut durer plus longtemps sans peser sur les finances. Et, avec le confort d’une vraie maison, il y a plus d’espace pour les enfants et beaucoup plus d’intimité.

Depuis notre première expérience, nous voyageons fréquemment. Nous avons effectué 15 échanges de domicile jusqu’à aujourd’hui et toute la famille est devenue un adepte de cette façon de voyager. Nous prévoyons toujours notre prochaine destination et même si mes enfants ont 14 et 21 ans, ils sont toujours encouragés à nous rejoindre lors des prochains échanges. Nous prévoyons déjà un échange avec Luis, qui a une maison incroyable à Punta del Diablo sur la côte de l’Uruguay et nous cherchons d’autres échanges au Brésil. Voulez-vous passer quelques jours à Rio? Venez sur BeLocal et envoyez-nous un message.

* Andrea Aguiar est la fondatrice de BeLocal Exchange